Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Un sujet à controverses,  pour changer.

[Celles/ceux qui n’aiment pas le 2nd degré :  ne lisez pas ce qui suit! ]

Tantôt femme-objet (de convoitises, certes mais objet tout de même), tantôt femme indépendante, la femme d’aujourd’hui se retrouve coincée entre ces 2 stéréotypes. Fatiguée de son salaire trop aléatoire par les temps qui courent, elle se surprend parfois  à plaisanter sur le fait de souhaiter avoir un mari multi-milliardaire :

Bah quoi? Ma chérie, tu sais, avec la crise, il faut bien trouver de quoi arrondir ses fins de mois  !

Mais  pour certaines, c’est devenu une obsession.

Véritable phénomène de mode, exercé plutôt de manière officieuse qu’officielle ( Avouez:  il n’y a rien de sexy à passer pour une sangsue nourrie par une pompe à fric ambulante!) : le train de vie de celle qui se fait entretenir, vulgairement dénommée « michtonneuse » par tous ceux qui rejettent cette façon de profiter du (star)system.

Critiquée (par derrière bien-sûr) par ses copines parce qu’elle se fait payer ses Jimmy Choo et ses sacs Céline par ses « sugar daddy » , elle reste néanmoins enviée par beaucoup d’entre elles (si ce n’est pas par toutes!) qui ne veulent pas avouer le côté jouissif de ce mode de vie tellement contraire à ce que prône le féminisme aujourd’hui.

« Who run the world ? Girls ! »

…clame Beyonce. ( dont le mari est encore plus riche qu’elle..)

Depuis maintenant plusieurs décennies, les femmes se sont émancipées, tant et si bien qu’elles ont obtenu un lobby,  leurs carrières et statuts en viennent à rivaliser jusqu’à complexer certains messieurs, qui, parfois, pour les plus désorientés ou fragiles , viennent à prendre la fuite devant ces célibattantes enragées.

Alors  « michtonner » serait une volonté inconsciente de la femme de retrouver cette part de virilité qu’elles recherchent toutes quelque part chez un homme ?

« Bêtises! Elles ont juste la fainéantise de lever le petit doigt pour avoir quelque chose, ces femmes n’ont aucun respect d’elles-mêmes »

« Les autres femmes sont  juste jalouses.  Pendant que les aigries de la vie ruminent, moi j’ai terminé ma manucure, aux frais de Bébé chou bien sûr !  »

répondront celles qui se font sponsoriser.

Différence de points de vue.

Qui de celle qui se tue à la tâche, en bossant 90heures par semaine, celle qui se saigne aux 4 veines pour pouvoir nourrir son enfant qu’elle élève seule, ou de celle qui n’a qu’à lever son bras (et accessoirement sa jupe tulipe signée Valentino que Chéri vient tout justement de lui offrir) pour obtenir quelque chose est perçue comme la plus maligne ?

De prime abord, c’est du tout vu : Voyages tous frais payés vers les destinations les plus paradisiaques,  avoir le dressing de Carrie Bradshaw, fréquenter les endroits les plus hypes, être présente aux événements mondains,  dépenser sans compter…Mais pour en arriver là  la Gold digger  a quand même dû y laisser ses économies pour se rendre désirable et sexy aux yeux de ses sponsors : Balenciaga, Burberry,  sac Birkin de Hermès sont de mise, et on range son sachet H&M, ça fait tâche.

Son motto? 

Pour attirer les riches il faut paraître riche

Et elle a réussi. Au prix de ses économies. ..et de sa dignité.

AAaaaaaah la dignité. Parlons-en. C’est ce qui sauve(?) l’humain(e) !

Parallèlement, le sort de la gold diggueuse n’est pas non plus à envier. Elle est haïe par les autres, mais ça à la limite, elle s’en moque pas mal, elle obtient tout ce qu’elle veut..C’est elle qui domine et établit ses propres règles du jeu. Fait véridique, du moins, pour un temps. L’homme ne tardera pas à se rendre compte de ses manies. Il ne changera peut-être pas pour autant son attitude à son égard. En apparence. Le grand danger c’est lorsqu’un jour, il prend conscience de ce pouvoir qu’il exerçait alors, inconsciemment,  sur sa petite amie michtonneuse. Il apprendra au fil du temps ses stratagèmes et saura les utiliser contre elle pour l’attirer à lui. Un moyen de soumission comme un autre. Il est alors temps pour la gold diggueuse de prendre la fuite et se trouver un autre, (plus riche, donc moins regardant à la dépense! )  avant qu’il ne soit trop tard…

Sans oublier que la retraite d’une Gold digger  se fait assez précocement : Vous vous voyez, vous à 60 balais espérer qu’un bogosse riche vous tende la main?

Et puis, pour les gold digger les moins chanceuses, Bébé Chou  est très loin de ressembler à David Beckham. D’ailleurs quand on regarde Bébé Chou on se demande ce qu’il y a de « chou » chez lui. (Mais bon, il est si ri…euh gentil! )

Alors quoi ?. 

On veut toutes avoir une situation confortable, qui nous éviterait des crédits à la consommation par milliers ( et accessoirement d’être fichées à la Banque de France) avoir un bon mari, bien sous tous rapports, pas trop fauché  pour ne pas avoir l’impression d’entretenir un gigolo, 3 enfants, la maison et le chien qui va avec. (j’exagère à peine)

D’un côté on a la sponsorisée , de l’autre la courageuse qui se sacrifie au nom de SA Dignité.

Je lève mon verre à beaucoup d’entre nous, qui  travaillons dur pour être reconnues dans les domaines dans lesquels nous œuvrons. Nous avons du mérite.

Mais c’est la crise!

L’argent , la dignité, l’argent, la dignité, l’argent, la dignité, l’argent , la dignité, l’argent, la dignité, l’argent,la dignité, l’argent , la dignité, l’argent, la dignité, l’argent,la dignité, l’argent , la dignité, l’argent, la dignité, l’argent, la dignité….

Question de priorités…

…et/ou de bien savoir manipuler.

« Ah, ces femmes, elles ne savent jamais ce qu’elles veulent! « 

C’est pour ça qu’on nous aime non?

XoXo  Bonne Journée !

La Golden Brunette

Publicités